Site en construction

Attention aux trous

Mai Soixante-Trump

Les succès du candidat Républicain à la présidentielle américaine mettent en lumière la disparition de l’extrême-droite, et l’apparition d’une nouvelle droite populiste.


Il est fréquent d’entendre tel ou tel politicien de droite reprocher à Mai 68 d’avoir détruit les valeurs de notre société et d’avoir instauré une idéologie selon laquelle tout est permis. Ces critiques visent à côté : elles font des manifestations d’étudiants de Mai 68 l’origine de changements profonds dans notre société, un peu comme l’exécution du roi pendant la Révolution. Elles en oublient que les événements de Mai 68 ne furent qu’une parenthèse vite refermée, et que derrière les manifestations, il y avait des manifestants. Ces manifestants n’ont pas été transformés par Mai 68 : ils l’ont initié. Ils étaient déjà marqués par l’idéologie soixante-huitarde, et ils l’auraient conservée, appliquée et diffusée que les manifestations aient lieu ou pas. Une nouvelle classe sociale était née à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, une classe intellectuelle, forte d’un capital immatériel fait de diplômes et de relations. Une classe de cadres, de journalistes, de professions libérales. La jeunesse de cette classe étudiait dans les universités des années 60, et, bien avant Mai 68, elle fréquentait les maoïstes, les trotskistes et les libertaires de tout poil. Elle était fatalement appelée un jour à grandir et à investir le monde professionnel et politique, portant avec elle son idéologie libérale-libertaire.

Mai 68 ou pas, les grandes transformations politiques connues par l’Occident se seraient produites – tournant libéral des années 80, démantèlement de l’État, multiculturalisme, mondialisation ou encore progrès de l’individualisme. Elles se seraient justes produites plus discrètement, avec moins d’éclat et de ferveur révolutionnaire. Elles auraient, au fond, été plus difficiles à déceler. En cela, nous devrions même être contents que Mai 68 se soit produit : les manifestations ont mis en avant de façon éclatante les dynamiques du mouvement, de son idéologie et de la classe sociale qui l’initiait. Elles l’ont rendues plus faciles à saisir.

La même chose se produit aujourd’hui avec Donald Trump. Un changement profond est en train de se produire dans l’extrême-droite occidentale, un changement graduel qui passe souvent sous le radar des commentateurs politiques, qui crient régulièrement au retour des Heures Sombres et qui ne comprennent pas pourquoi leurs pronostics sont constamment erronés. Trump constitue une nouvelle itération de ce changement, et une itération particulièrement visible et bruyante. Tout comme Mai 68 annonçait en grande pompe l’arrivée sur la scène politique de nouvelles classes sociales et de nouvelles idéologies, Donald Trump annonce avec force gesticulations et insultes le retour d’une classe sociale jusqu’ici marginalisée, avec sa propre idéologie.

Faisons un schéma

Commençons par poser, de façon très schématique, les principaux points de notre analyse.

D’abord, que l’échiquier politique occidental, de l’Espagne aux États-Unis, est généralement organisé autour de deux grands partis ou coalitions, avec quelques variantes nationales. D’une part, un parti de gauche dérivant progressivement au centre-gauche et dénommé « Parti socialiste », « Parti social-démocrate », « Parti démocrate » ou « Parti travailliste » ; de l’autre un parti de droite dérivant progressivement au centre-droit, et contenant la plupart du temps un amalgame de courants libéraux, conservateurs et réactionnaires. [1] Ces deux partis mènent, depuis le tournant libéral des années 80, des politiques de plus en plus similaires, qui reflètent leur cœur de cible électorale. A droite, on cajole le grand patronat (qui fournit l’argent) et les retraités (qui fournissent les voix). A gauche, on prend soin des professions intellectuelles supérieures (qui fournissent la puissance de feu médiatique et un premier socle de voix) et des minorités et diverses formes d’oppressé-e-s (qui fournissent plus ou moins bien les voix). L’électorat populaire, regroupant les ouvriers et les employés, se répartissait principalement, après la Seconde Guerre mondiale, entre le parti de gauche et le parti communiste local quand il en existait. Avec la centrisation du premier et l’étiolement du second, il s’est généralement réfugié dans l’abstention ou dans un vote de plus en plus important pour les partis de droite.

Ensuite, que les différentes classes sociales ne possèdent pas les mêmes orientations politiques. Toujours très schématiquement, on peut distinguer quatre grandes classes sociales au sein des économies occidentales, dont les positions politiques se répartissent comme suit :

  • Le grand patronat attend une politique économiquement libérale et socialement conservatrice. Il vote fermement pour le parti de droite.
  • Le petit patronat attend une politique économiquement libérale et socialement réactionnaire. Il partage son vote entre le parti de droite et un parti plus à droite.
  • Les classes intellectuelles attendent une politique économiquement libérale et socialement libertaire. Elles votent fermement pour le parti de gauche.
  • L’électorat populaire attend une politique économiquement interventionniste et socialement conservatrice. Il votait hier pour un parti de gauche qui reflétait ces positions, puis est tombé en déshérence.

Par comparaison, les principaux partis politiques tenaient, dans la seconde moitié du XXème siècle, les positions suivantes :

  • Le parti communiste (ou l’aile gauche du parti de gauche) proposait une politique économique interventionniste et une politique sociale conservatrice.
  • Le parti de gauche proposait une politique économique interventionniste et une politique sociale libertaire.
  • Le parti de droite proposait une politique économique libérale et une politique sociale conservatrice.
  • Le parti d’extrême-droite (ou l’aile droite du parti de droite) proposait une politique économique libérale et une politique sociale réactionnaire.

Les différents électorats pouvaient trouver, dans cette configuration, un parti pour les représenter. Cependant, l’évolution entamée à partir des années 80 et la prise de pouvoir des classes intellectuelles a transformé le champ des positions politiques comme suit :

  • Le parti post-communiste (ou l’aile gauche du parti de gauche) propose une politique économique interventionniste et une politique sociale libertaire
  • Le parti de gauche propose une politique économique libérale et une politique sociale libertaire.
  • Le parti de droite propose une politique économique libérale et une politique sociale conservatrice.
  • Le parti d’extrême-droite (ou l’aile droite du parti de droite) propose une politique économique libérale et une politique sociale réactionnaire.

Les classes intellectuelles avaient trouvées un nouveau havre où s’installer. En revanche, les classes populaires ne trouvaient plus personne pour les représenter convenablement. La principale destination des classes populaires fut d’abord l’abstention. Les électeurs populaires qui continuaient à voter, de moins en moins nombreux, se répartirent, selon les pays, entre la gauche dite radicale (pour sa politique économique interventionniste), la droite (pour sa politique sociale conservatrice) ou l’extrême-droite (pour sa politique sociale réactionnaire), abandonnant nettement le parti de gauche.

La répartition de l’électorat populaire a profondément varié d’un pays à l’autre – certains partis de gauche, très liés au milieux syndicaux et/ou moins libéraux que d’autres ont réussi à conserver les votes de nombreux employés et ouvriers (par exemple la sociale-démocratie des pays nordiques ou le Parti Travailliste anglais). D’autres ont été massivement abandonnés. Certains pays ont vu se développer une gauche radicale très importante, tandis que dans d’autres, l’électorat populaire s’est déplacé vers l’extrême-droite. Les particularités nationales, les enjeux propres à chaque pays, leur culture, leur histoire ou encore les dirigeants de chaque parti ont bien entendu joué un grand rôle dans le renforcement d’un parti ou de l’autre. Toutefois, deux grandes variables ont pesées sur la migration des électeurs populaires vers un parti plutôt que vers l’autre.

  • L’importance de l’immigration : l’électorat populaire est, partout en Occident, méfiant ou hostile vis-à-vis de l’immigration. Par conséquent, cet électorat vote davantage pour les partis de droite ou d’extrême-droite dans les pays qui connaissent une forte immigration ou une immigration de longue date, et davantage pour les partis de gauche ou de gauche radicale dans les pays qui ne reçoivent qu’une faible immigration ou une immigration récente.
  • Le statut du pays en tant que contributeur ou que bénéficiaire de l’Union Européenne : l’entrée dans l’Union Européenne a permis aux pays dits du Sud de l’Europe, les plus faibles économiquement, de bénéficier de subventions européennes versées par les pays dits du Nord de l’Europe, les plus puissants économiquement. Les électorats des pays du Sud tendent à avoir une vue plus favorable de l’Union Européenne, qui selon eux leur rapporte plus que ce qu’elle leur coûte ; alors que les électorats des pays du Nord la voient avec davantage de suspicion, puisqu’ils considèrent qu’elle leur coûte plus qu’elle ne leur rapporte. Les pays du Sud tendent par conséquent à développer des partis de gauche pro-européens, alors que les pays du Nord voient apparaître des partis de droite nationalistes, favorables à la sortie de l’Union Européenne. Ce second point n’est pas directement applicable aux États-Unis d’Amérique, mais l’on peut probablement établir des parallèles avec les autres formes d’intervention américaine à travers le monde, tels que les traités de libre-échange et la participation à des organisations supra-nationales.

Le tableau suivant rend compte de cette différence entre le Nord et le Sud de l’UE :

TableauMaiSoixanteTrumpv3
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Si la corrélation entre l’importance de l’immigration et le développement d’un parti de droite radicale dans un pays a été fréquemment établie, il existe une corrélation encore plus forte entre l’appartenance d’un pays au Nord ou au Sud de l’Union Européenne et le développement d’un parti de gauche ou de droite radicale. Si l’on peut trouver des pays avec une très forte immigration sans parti de droite radicale (Espagne) et des pays avec une très faible immigration qui comportent un parti de droite radicale relativement puissant (Finlande), tous les pays du Nord de l’UE que nous avons cité ont développés un parti de droite radicale plus puissant que le parti de gauche radicale locale, et tous les pays du Sud de l’UE que nous avons cité ont développés un parti de gauche radicale plus puissant que le parti de droite radicale local – quand il en existe un. [2]

L’Italie occupe une place particulière, puisqu’elle constitue une des principales économies de l’UE, mais qu’elle n’a retiré aucun bénéfice économique de son appartenance à la zone euro. Elle est aussi un pays connaissant une immigration significative. Elle possède en conséquence deux partis radicaux « hybrides » que l’on pourrait rattacher respectivement à la gauche radicale (le Mouvement 5 Etoiles) et à la droite radicale (la Ligue du Nord) mais qui en diffèrent néanmoins par plusieurs aspects : ils sont ainsi tous deux contre l’immigration et pour le retour à une monnaie nationale.

Pour discuter de cet article, c’est ici : http://hachaisse.fr/viewtopic.php?f=2&t=3206&p=278539#p278539


[1] La liste des pays et partis concernés peut être consultée en annexe.

[2] Nous n’avons pas inclus dans notre analyse les pays ayant appartenu au bloc de l’Est (Bulgarie, Croatie, République Tchèque, Slovaquie, Pologne, Lituanie, Estonie, Lettonie, Hongrie, Slovénie) ainsi que le Luxembourg et Chypre. L’histoire et les structures économiques et sociales de ces pays font qu’ils ne connaissent pas les mêmes phénomènes que les pays d’Europe occidentale et nordique ou que les États-Unis d’Amérique.