Site en construction

Attention aux trous

Mai Soixante-Trump

Annexe : liste des principaux partis des pays traités dans l’article :

Aux États-Unis, les deux grands partis sont le Parti Démocrate et le Parti Républicain, d’où proviennent tous les présidents américains depuis 1853.

Au Royaume-Uni, le Parti Travailliste (30,4% des voix en 2015) s’oppose au Parti Conservateur (36,9% des voix en 2015). Les deux partis s’appuient parfois sur le Parti Libéral-Démocrate (7,9% des voix en 2015) pour former une majorité.

En Autriche, le Parti Social-Démocrate (26,82% des voix en 2013) s’oppose au Parti Populaire (23,99% des voix en 2013). Les deux partis gouvernent généralement en coalition, et, ont gouvernés à quelques occasions avec le FPÖ.

En Belgique, la plupart des partis sont séparés entre un parti flamand et un parti wallon, et forment de larges coalitions au niveau national. La gauche comprend le Parti Socialiste wallon (11,67% des voix en 2014) et le Parti Socialiste flamand (8,83% des voix) tandis que la droite comprend le Parti Chrétien, Démocrate et Flamand (11,61% des voix) et le Mouvement réformateur wallon (9,64% des voix). Il existe également deux partis centristes, dont le Parti Flamand Libéral-Démocrate (9,78% des voix) et le Centre démocratique et humaniste wallon (4,99% des voix). Au niveau régional, le parti de gauche ou de droite de chaque région gouverne avec le parti centriste. Le parti de la Nouvelle Alliance Flamande (droite indépendantiste et libérale) a bousculé ces alliances en obtenant 17,4% des voix en 2010, puis 20,26% en 2014 et est à présent membre du gouvernement national.

En France, le Parti Socialiste s’oppose au parti Les Républicains, anciennement l’Union pour un Mouvement Populaire.

En Allemagne, le Parti Social-Démocrate (25,7% des voix en 2013) s’oppose à l’Union Chrétienne-Démocrate (41,5% des voix). Les deux partis ont gouvernés seuls, en coalition entre eux ou en alliance avec le Parti Libre Démocrate (centre libéral).

En Suède, le Parti Social-Démocrate (31% des voix en 2014) s’oppose au Parti Modéré (23,3% des voix). Les deux partis gouvernent chacun en coalition avec une myriade de petits partis (Verts, Centre, Gauche, Libéral, Chrétien-Démocrate) dont les résultats se situent généralement entre 5 et 8% des voix.

Aux Pays-Bas, le Parti Travailliste (24,8% des voix en 2012) s’oppose généralement au Parti Chrétien-Démocrate (8,5% des voix en 2012, droite) ou au Parti Populaire pour la Liberté et la Démocratie (26,6% des voix en 2012, centre-droit libéral) dont les résultats électoraux varient beaucoup au fil des ans. Les gouvernements sont constitués par une coalition entre le Parti Travailliste et un parti de droite ou par une coalition entre les deux partis de droite, auxquels s’ajoutent parfois le petit parti centriste et libéral Démocrates 66 (8% des voix en 2012) ou l’Union Chrétienne (3,1% des voix en 2012, centre-droit chrétien-démocrate). Le PVV a accordé son soutien parlementaire au gouvernement de droite entre 2010 et 2012.

Au Danemark, le Parti Social-Démocrate (26,3% des voix en 2015) s’oppose au Parti de gauche (19,5% des voix, parti de droite libérale en dépit de son nom). Les gouvernements sont constitués soit d’une coalition « rouge » entre le Parti Social-Démocrate et trois petits partis de gauche, soit d’une coalition « bleue » entre le Parti de gauche, trois petits partis de droite et le soutien parlementaire du Parti du Peuple Danois.

En Finlande, le Parti Social-Démocrate (16,5% des voix en 2015) s’oppose traditionnellement au Parti du Centre (21,1% des voix, centre libéral) et à la Coalition Nationale (18,2% des voix, droite). Les gouvernements sont généralement constitués d’alliance très larges pouvant regrouper aussi bien l’Alliance de gauche (gauche radicale, 7,1% des voix en 2012) que les Chrétiens-Démocrates (droite chrétienne-démocrate, 3,54% des voix). Le gouvernement formé en 2015 constitue une coalition inédite de centre et droite uniquement comprenant pour la première fois le Parti des Vrais Finlandais.

Les élections italiennes sont dominées par une coalition de gauche et une coalition de centre-droit, dans lesquelles un grand parti domine de loin ses alliés. Le Parti Démocrate (25,42% des voix en 2013) s’oppose au Peuple de la Liberté (21,56% des voix). Les coalitions obtiennent d’ordinaire suffisamment de voix pour gouverner par elles-mêmes, mais la crise connue par le système politique italien a poussé à la formation d’une grande coalition.

En Grèce, le Parti Socialiste Panhellénique s’opposait historiquement à la droite de Nouvelle Démocratie et chaque parti gouvernait seul après avoir remporté une élection. L’effondrement du système politique grec suite à la crise économique commencée en 2010 a rendu sa situation difficilement comparable à celle des autres pays européens.

En Espagne, le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (22,6% des voix en 2016) s’oppose au Parti Populaire (33% des voix). Ces partis gouvernent historiquement seuls, mais la crise politique entamée après les élections de 2015 et maintenue après les élections de 2016 pourrait amener à la création de coalition entre ces partis ou avec d’autres.

Au Portugal, le Parti Socialiste (32,3% des voix en 2015) s’oppose à la coalition de droite (38,6% des voix) entre le Parti social-démocrate (droite) et le Parti populaire (droite chrétienne-démocrate). Le Parti socialiste gouverne historiquement seul alors que le Parti Social-Démocrate gouverne avec le Parti Populaire depuis 2002. Les élections de 2015 n’ont apportées de majorité à aucun parti, amenant à la formation de la première coalition entre le Parti Socialiste, le Bloc de gauche (10,2%, extrême gauche) et la Coalition Démocratique Unitaire (8,3%, communiste).

En Irlande, les Soldats de la Destinée (24,3% des voix en 2016, centre) s’opposent à la Tribu des Irlandais (25,5% des voix, droite). Ces partis gouvernent historiquement seuls ou en alliance avec le Parti travailliste (6,6% des voix en 2016, centre).

Pour discuter de cet article, c’est ici : http://hachaisse.fr/viewtopic.php?f=2&t=3206&p=278539#p278539